fleche_bleue.gif (1069 octets)Mea Yoeung

( " Notre Oncle ", langage familier pour honorer quelqu'un par respect en lui offrant un titre honorable ).

Il y a très longtemps, un couple vivait dans un village au bord d'un fleuve et gagnait leur vie au quotidien en faisant la pêche. Chaque jour, tous les deux  allaient pêcher les poissons dans le fleuve. C'est le mari, qui attrapa les poissons et la femme portait d'un panier à la hanche pour les garder. Mais, la femme, paresseuse de nature et aussi très négligeante ne faisait jamais attention à leur besogne. Tous les jours, malgré les efforts de son mari, la femme ne pouvait que garder quelques poissons pour les amener à la maison, car, une grande partie des poissons attrapés par le mari, se sauvaient dans l'eau par le trou du bas de son panier.

Un jour, arrivait un bateau, navigué par un riche marchand de tissu, accompagné par sa femme travailleuse, sérieuse et aucun complexe et ses équipages. C'est une femme intelligente, qui respecte et aime son mari et en même temps elle accomplit ses devoirs de ménage sans défaut.

Alors, le marchand et sa femme regardèrent de leur bateau, voyant le pauvre couple de pêcheurs qui sont en train d'attraper les poissons. A chaque fois que le mari passa les poissons à sa femme, elle les laissa s'enfuir par derrière. Le commerçant éclata de rire en se moquant ce couple. La femme du commerçant, consciencieuse du travail, n'ait pas pu retenir ses remarques et cria : " Eh!, les deux pêcheurs, comment pouvez-vous gagner votre vie ainsi?, le pauvre mari très habile et très fort, vous attrapez beaucoup de poissons, mais c'est votre femme qui les laisse s'enfuir par le trou du panier, vous deviez réparer ce trou et prendre soin de votre besogne, sinon, toute votre vie, vous resterez toujours pauvres et pêcheurs...".

Pris par la colère et la jalousie d'entendre sa femme qui mêla les affaires de ce pêcheur, le marchand de tissu la poussa très fort en lui criant :

- Si tu es meilleure qu'elle, et si tu as tant de pitiés pour ce pêcheur, alors part vivre avec lui. Aide lui pour devenir un homme riche comme moi.

Malgré la demande de sa femme en lui suppliant et pleurant de sa faute, le commerçant de tissu, fou de rage, appela le mari pêcheur pour lui demander d'échanger sa femme contre la sienne. La femme du pêcheur, entendit cela, jeta son panier de poissons par terre et monta sur le bateau avec joie sans attendre l'accord de ce pauvre pêcheur.

La femme du commerçant, désespérée par l'abandon de son mari, s'obligeait à descendre les mains vides du bateau, avec qu'un seul habit porté sur elle. Le bateau s'en allait avec la femme du pêcheur, en laissant dans l'eau le pêcheur accompagné de sa nouvelle compagne.

Contrainte de vivre avec le pêcheur, l'ex-femme du commerçant ramassa le panier et chercha les ficelles pour le réparer en fermant ses trous. Elle commença ainsi à aider le pêcheur qui eut beaucoup de talents pour attraper les poissons.

Ce jour là, le pêcheur rentra chez lui avec sa nouvelle compagne en apportant beaucoup de poissons plus que d'habitudes. Depuis, grâce à sa nouvelle femme, les villageois lui reconnaissaient et lui considéraient comme "Mea Yoeung", c'est à dire "Notre Oncle" car c'était celui qui ramena beaucoup de poissons au village et les partagea aux villageois.

La femme de Mea Yoeung, observant que son mari pêcheur est un homme très fort et très robuste, demanda à son mari de s'entraîner à courir et apprendre à faire le combat de lutte tous les jours après le travail de pêche.

Un jour, le roi lança une annonce pour chercher un homme qui sait courir vite et connaît aussi les techniques de combat pour devenir son propre serviteur royal. La femme de Mea Yoeung, sachant que l'occasion arriva pour son mari, elle lui amena pour passer le concours de lutte pour devenir concourir cette fonction de serviteur du roi.

Mea Yoeung, bien entrainé et bien préparé grâce à sa femme, gagna le combat et devint le serviteur du roi avec un titre précieux honorifique. Et, à partir de ce jour, il cessa de pêcher, puis les deux vivaient très confortablement parmi les bourgeoises ou les hôtes du roi de la ville.

Quant au couple, le marchand de tissu et sa nouvelle femme (ex-femme pêcheur), qui continuèrent leur route à vendre les tissus, devenaient peu à peu pauvre. Car, l'ex-femme pêcheur n'eut pas changé ses mauvaises habitudes. Elle ne savait pas gérer la fortune de son mari. Elle gaspilla et ruina sa fortune. Comme par exemple, elle ne lava jamais ses habilles, ni celles de son mari, elle les jeta dans l'eau et les fabriqua de nouveau.

Mois après mois, année après année, le commerçant et sa nouvelle femme devenaient très pauvre en perdant toute leur fortune à cause de la paresse et de mauvaise gestion... Tous les deux, privés de tous, mendièrent pour vivre dans les rues de la ville.

Un jour, ils approchèrent une diligence de noble pour demander à leur occupant quelques petites pièces pour se nourrir. Arrivant à côté de la diligence, les deux prièrent les occupants de bien vouloir donner quelque chose mais le hasard, les occupants de cette diligence sont le couple "Mea Yoeung et sa femme ".

Ils reconnaissaient le couple et leur demandèrent de lever leur visage. La femme de Mea Yoeung, n'avait pas de rancune à son ex-mari qui lui chassa injustement du bateau, elle pensa que ce fut son karma. Elle lui donna quelques pièces d'or en lui disant : " Ne vous découragez pas. Vous pourriez redevenir riche comme avant, il suffit de changer vos mauvaises habitudes, vos négligences et vos impatiences ".

Le couple commerçant, pleuraient de leur faute, sans dire aucun mot, acceptèrent cet argent en remuant leur tête plusieurs fois de remerciements.

On peut tout prévoir, on peut aller même vers d'autres planètes lointains, grâce à l'évolution de la Science et des nouvelles technologies. Mais, nul ne peut aller à l'encontre ni être le maître de son propre destin et c'est ainsi se termine cette légende...!!!

************************************************************************************